AccueilS'enregistrerConnexionTutorielsTutoriels DessinTutoriels GraphismeTutoriels MusiqueTutoriels EcritureReviewersEcrireDemanderAiderDiversAnimationsBattlesAnniversairesLes règles


 Notre Utopie
Aller à la page : Précédent  1, 2

avatar

Cmawesome

Reveur



Si mon post t'est utile, n'oublie pas de me laisser un + et un "merci" :)
Clique sur le bouton ci-dessous pour me connaître
Masculin
Age : 25
Messages : 26
Lun 5 Sep - 22:43
Rappel du premier message :

Chapitre 1 : Les ennuis continuent

Eric était un militaire. D'un naturel blond et de taille moyenne, la mine sympathique et déterminée, il allait vêtu de simples vêtements gris. Il savait que la famille de son père avait des origines aux Etats-Unis et que celui-ci était venu en France pendant sa jeunesse où il avait vécu avec la mère d'Eric: Morgana. Cette dernière avait des origines albanaises desquelles elle tiraient sa chevelure longue et brune. Le teint de sa peau contrastait fortement avec ses cheveux et; à ses 18 ans, elle avait pu obtenir une bourse d'étude pour venir en France. Un an après elle se mariait au père d'Eric et tombait enceinte. Deux ans plus tard, la guerre éclata à la surface du globe et jamais plus le père d'Eric ne refit surface...Sa mère l'éleva seule tant bien que mal au milieu des occupations, des souffrances et de la mort de presque toute sa famille. Sur Terre, il semblait que très peu de territoires soient encore en paix. Le jour de ses 16 ans, Eric et sa mère étaient dans les champs, quelques parts dans la steppe de ce qui fut un temps la Fédération de Russie et qui aujourd'hui était plus vide encore que le désert dans lequel je me trouve.
Avant que vous ne doutiez d'avantage de ce que j'avance, il est temps de vous dire pourquoi je sais tout cela: Je suis Eric. Non, vous n'êtes pas fou , seulement nous sommes en 2092, à l'heure où le clonage -plus d'un siècle après ces premières expérimentations- a "fait ses preuves" comme "ils" le disent. La seule limite au clonage?
Il n'y en a pas; si ce n'est cette guerre humaine mais déshumanisée entre les différents clans dominant à la surface du globe...Dans la steppe -c'était il y a un an jour pour jour- Eric et sa mère rentraient vers leur abri. Quand ils arrivèrent sur place ils eurent mal au ventre: une fumée plus noire que la mort flottait au-dessus de leur abri dans lequel ils avaient pu vivre durant plus de 10 ans.
"-Où allons nous vivre? Comment on va faire? Maman? Maman? " demandait Eric.
Mais sa mère ne lui répondit pas et elle commença à creuser dans les entrailles de cette terre brûlée jusqu'à atteindre leur refuge. Pour seule parole elle demanda à Eric de guetter les alentours et de rester à bonne distance de cette épaisse fumée qui pouvait être nocive. Deux heures plus tard, la mère ressortit enfin avec le nécessaire pour survivre pendant une semaine. C'est ce qu'elle dit à Eric. Devant la mine de son unique enfant, elle le regarda, lui sourit, et ajouta: " - C'est l'heure de partir pour le Tibet. Tu es prêt?". Eric la regarda incrédule, surement avait-il mal entendu, sa mère à lui, dire cela? C'était impossible, et pourtant...


Voici ma signature


avatar

Cmawesome

Reveur



Si mon post t'est utile, n'oublie pas de me laisser un + et un "merci" :)
Clique sur le bouton ci-dessous pour me connaître
Masculin
Age : 25
Messages : 26
Ven 14 Oct - 15:22
Chapitre 11 : La valeur du shaolin réside en son courage

Eric lui jeta un regard bien sombre mais dans l'état des choses il estima qu'il ne pouvait mieux faire et appliqua l'ordre. De l'autre coté de la table; Java était incrédule. Eric ne pouvait logiquement pas s'entrainer dans pareil état. C'est pourtant ce qui allait se passer. Eric mangea rapidement un ou deux morceaux que lui apportèrent deux femmes et il se leva prêt à continuer une journée qui avait commencé depuis la veille. "Fais attention à tes arrières Eric" lui chuchota une des deux femmes; la même déjà qui lui avait empêché de commettre un impair lors d'un précédent petit déjeuner quelques longues semaines auparavant. Eric sachant désormais que ses moindres faits et gestes pouvaient se retourner contre lui ne lui accorda pas un regard ni même un geste. Il se leva donc et suivi Java et les autres en direction de la foret comme à leur habitude. Java juste avant de lancer la course eu un léger mouvement vers l'arrière pour voir si tout le monde était prêt. Il n'avait jamais eu ce genre de geste jusqu'alors mais quelque part en lui il sentait qu'Eric, en s'étant ainsi dressé devant le chef shaolin, avait quelque chose de plus que toutes ces hordes de soldats qu'il avait entrainé, fait suer, et vu défiler au fur et à mesure des années. L'entrainement commença donc et forcément Eric était loin de produire les même résultats qu'à l'accoutumée. Tantôt il trébuchait sur une liane au sol; tantôt c'était une branche ou un feuillage qui lui venait sur le visage sans qu'il ne réagisse. Ainsi sa progression était des plus difficiles. Ils arrivèrent à la rivière et commencèrent à sauter; Eric ne pue franchir les trois mètres. Il boitait et sans appui il ne pouvait strictement rien faire. Il du nager; grimper et recommencer l'exercice un nombre record de fois. Pourtant lorsque Java annonça la fin de l'exercice il savait que le plus dur restait à venir. Et en effet lors des combats purement physique il eut un mal fou à se débarrasser de certains adversaires et au bout d'un moment il commença à perdre sans que cela ne cesse. A la fin des combats Eric ne tenait debout que parce qu'il s'était adossé à un arbre. Tout les muscles de son corps tétanisés; il tremblait fortement..."On rentre!" lança inévitablement Java et Eric savait qu'il aurait beau tout donner, ce soir il serait de garde. C'est effectivement ce qui se produisit. Eric rentra le dernier; cinq bonnes minutes après les premiers. Il fila directement vers sa chambre pour se laver sous le regard de la troupe. Il n'avait en tête qu'une idée : enlever son propre sang, séché, et qui depuis ce matin le salissait, lui donnant une mine encore plus faiblarde. En entrant dans sa chambre Eric apprécia le calme qui y régnait. Il alla se laver en profitant un maximum du léger confort que cela lui offrait. Ces moments dans sa chambre, isolé du reste de la forteresse, lui procurait plus de plaisir que le reste de la journée. Cela lui permettait de se souvenir de sa première nuit ici, au coté de sa mère. Quand il eut fini de se laver et de s'habiller, Eric sorti de la salle de bain; déjà prêt à redescendre pour essuyer ce rituel qui veut que les derniers rentrés veillent sur le château une nuit durant. Cela avait cet inconvénient d'être totalement épuisé pour le lendemain mais par ailleurs cela offrait également la possibilité de ne pas aller à l'entrainement le jour d'après. Eric était perdu dans ses pensées quand une voix l'interpella pour le ramener sur terre :
"-Bonsoir Eric. Il s'agissait de la femme qui lui avait dit de faire attention le matin même. Elle parlait d'une voix d'une douceur indescriptible.
-Oh! Eric surpris de cette visite se demandait ce que cela signifiait. Comment se fait-il que vous soyez ici?
-Et bien je suis venu voir comment tu te sens. On ne peut pas dire que tu as eu la meilleure journée de ta vie aujourd'hui...
En réponse à cela Eric haussa les épaules comme pour signifiait qu'il n'avait pas vraiment envie de repenser à cette journée marathon. Elle reprit donc toujours de sa voix douce. Une voix si belle et mélodieuse :
-Je m'appelle Kaori et je m'occupe de la partie nettoyage de cette demeure. J'ai trente cinq ans.
-Mmmhhh...je veux pas te paraitre impoli Kaori; mais pourquoi tu me dis ça ? Je veux dire par là...j'ai pas énormément de temps avant de devoir descendre, lui répondit Eric, prit de cours par le décalage entre sa situation et la scène qui se déroulait devant ses yeux.
-Ne t'en fais pas je comprend que tu sois pressé mais juste je voulais te témoigner mon soutien dans ce que tu fais depuis ton arrivée ici. Sur ces mots Kaori marqua une courte pause le temps de se passer les mains dans les cheveux d'une couleur dorée et ornée d'une petite fleur de lotus. Elle repris la parole pour ajouter : Tu sais, le jour ou tu as débarqué et ou tu nous as dit que tu savais te préparer et te servir à table nous avons parlé en cuisine entre deux services; et à l'abri des oreilles indiscrètes des hommes et il se trouve que deux tendances se sont dégagées.
-Ah c'était si choquant que ça ? lui demanda Eric mi-interloqué, mi-amusé de l'anecdote.
-Disons que c'est la toute première fois que quelqu'un d'autre que les cuisiniers vient nous rendre visite en bas. Du coup la première tendance est venue de quelques unes "traditionnalistes" pour ne pas être grossière envers elles qui ont trouvé le geste fortement déplacé. Mais en ce qui concerne la plus grande majorité je pense qu'elles ont plutôt apprécié ton intervention même si elles ne l'avouent pas publiquement.
-Donc en fait tu ne sais pas vraiment ce qu'elles en pensent si elles n'ont rien avoué...marmonna Eric."
Soudain un bruit se fit entendre dans le couloir : quelqu'un montait les escaliers pour les rejoindre. "Vas dans la salle de bain" siffla Eric a Kaori qui était effrayée et osée à peine bouger. Eric la pris lui même et alla la déposer à la salle de bain. Au même moment quelqu'un toqua à la porte et l'ouvrit en disant "Eric c'est l'heure d'aller monter la garde" c'était la voix de l'homme qu'Eric ne voulait surtout pas voir à ce moment précis : celle de Java. Discrètement Eric fit un geste à Kaori pour lui signifier de rester calme et silencieuse et il tira la chasse d'eau;  puis il sorti de la salle de bain en s'étirant et en répondant "oui je sais, j'arrive" devant la mine de Java, interdit.
Sans un mot ils prirent la direction du hall d'entrée ou ils se séparèrent, Java se dirigea vers la salle à manger tandis qu'Eric rejoignit ses neuf compagnons de fortune pour la nuit. L'un d'entre eux s'adressa à Eric et lui dit "comme c'est la première fois que tu passes une nuit dehors tu as le choix de ton poste. Tu as le choix entre une des quatre façades du château." Pour seule réponse Eric regarda autour de lui et désigna d'un geste de la main la porte centrale ou ils se trouvaient. En effet s'il pouvait s'éviter de marcher davantage jusqu'à un autre poste de surveillance c'était tant mieux pour lui. Ils se répartirent ensuite par équipe de deux; et s'attribuèrent les autres rondes à effectuer puis chaque groupe prit la direction qui lui était destiné. Eric resta donc non loin de la porte en compagnie d'un shaolin qui avait comme lui fini en dernier son entrainement aujourd'hui. Méfiant, et se rappelant des paroles matinales de Kaori, Eric s'adressa à lui à voix basse:
"-Pendant ces rondes on a le droit de faire quoi au juste ?
-Ben, c'est à dire que je ne sais pas vraiment...on m'a jamais vraiment expliqué en fait...lui répondit l'autre lui aussi à voix basse.
-D'accord...je vois, reprit Eric. Donc dis moi plutôt ce que tu as l'habitude de faire quand tu fais cette ronde-ci.
-Je n'ai jamais fait cette ronde. je suis arrivé juste quelques jours avant toi ici et j'ai eu beaucoup de mal à m'adapter au rythme d'entrainement. C'est si dur je trouve. Pas toi ?
Eric marqua un temps d'arrêt ou il regarda son compagnon, se demandant s'il était réellement sérieux ou non, car lui même jusqu'alors n'avait rien trouvé de si dur dans ces entrainements. Il décida donc d'éluder la question pour le moment car il ne voulait pas que son compagnon nocturne se sente mal en apprenant ses pensées :
-Au fait je ne me suis pas présenté; je m'appelle Eric, et toi ? dit-il avec un sourire qui le fit ensuite grimacer à cause des cicatrices autour de ses lèvres. Mousta et sa bande avait fait du beau boulot pensa-t-il.
-Je m'appelle Jordan; et je sais comment tu t'appelles. On t'a suffisamment vu bouger dans tout les sens depuis ton arrivée. Honnêtement cela m'arrange parce que ça m'a permis de me fondre dans la masse. Quand j'étais nouveau on se moquait pas mal de moi...Maintenant ça va beaucoup mieux et je me suis même fait des amis! ajouta-t-il enthousiaste.
-Ah, content que ça t'ais arrangé alors, répondit Eric ravi de voir qu'il n'avait pas besoin de relever la question de son interlocuteur."
Leur petit dialogue fini, les deux jeunes hommes se reconcentrèrent sur une activité relativement ennuyante : la surveillance. Il fallait scruter d'éventuels ennemis qui n'étaient jamais venus. Une activité qui relevait de nombreuses questions pour Eric. Comment se faisait-il qu'aucune caméra; aucune technologie parmi les plus modernes ne s'occupent de relever toute possible trace de quelconque indésirable ? Quoiqu'il en soit Eric en était arrivé à devoir passer cette nuit dehors à monter la garde pendant que d'autres mangeaient, riaient et dormiraient sans se préoccuper le moins du monde de la façon dont les choses devaient évoluer depuis le combat contre Mousta. Une heure passa ainsi dans le silence; rompu de temps à autres par l'envol de quelques chauves souris au loin. Puis les shaolins sortirent de table; et un par un passèrent non loin d'Eric et Jordan sans même leur accorder un regard. Puis les chefs qui firent de même. Quelques minutes plus tard alors qu'il n'y avait plus personne dans les couloirs des bruits de pas se firent entendre. Les femmes arrivaient en nombre depuis le sous-sol afin de récurer la grande salle "comme si les hommes et elles; en mangeant ensemble n'auraient pas pu le faire ensemble pour aller plus vite" pensa Eric en son for intérieur. A leur passage, plusieurs femmes les regardèrent et leur firent un signe de la main. Eric leur répondit en levant la main tandis que Jordan fit un timide mouvement de tête donnant l'impression qu'il souffrait d'un torticolis. Une fois qu'elles étaient toutes passées Eric se retourna vers Jordan et lui demanda :
"-Les femmes te gênent tant que ça pour que tu aies une réaction si bizarre ? s'étonna-t-il.
-Et bien je t'avoue que je me sens pas spécialement à l'aise avec...oui...murmura Jordan en baissant la tête car il notait dans la voix d'Eric ce qui semblait être un reproche. Eric d'ailleurs perçu le ressenti de son interlocuteur et aussi lui dit:
-Tu sais Jordan, tu as parfaitement le droit de penser différemment de moi. Je ne veux pas forcer les gens à aller dans le sens contraire à leur pensée. Moi ce qui me gène c'est de voir que ces femmes sont bafouées et ne peuvent en rien avoir le droit à un peu de politesse et de convivialité. J'ai grandi avec ma mère en Russie; et là bas nous faisions tout ensemble donc je n'ai pas pour habitude d'exclure quelqu'un pour une raison aussi banale que son genre; expliqua-t-il. Au souvenir de sa mère, un coté nostalgique et passionné s'était ravivé en lui.
-Je vois; répondit Jordan surpris de cette révélation. Mais elle n'avait pas peur ? Et puis à ce qu'il parait la Russie est froide; détruite; invivable!
-Ben...commença Eric...c'est à dire qu'on a pas eu le choix, donc il a fallu s'adapter.
-Ah je vois..." Mais il ne continua pas sa phrase.
Devant eux, quelque chose avait fait du bruit. Un son qui provenait de la foret dans laquelle ils allaient s'entrainer chaque jour. Prudemment Eric commença à se préparer; un combat encore ? Serait-ce vraiment la poisse au point que la seule nuit de garde ou il se passerait quelque chose aurait lieu quand Eric devait monter la garde ? Il fallait tout de même rester prudent.
"-Attends que comptes-tu faire ainsi ? lui demanda immédiatement Jordan, bien qu'il sache ce à quoi Eric pensait. Dans sa voix, la tension et la peur était palpable.
-Plutôt que de me dire ça tu devrais toi aussi te mettre en position de combat. C'est pour ce genre de moment que nous sommes formés à nous battre.
-Oui tu as raison...reprit Jordan, pas si convaincu que cela. Sa voix en disait long sur son état d'esprit; il était terrorisé.
Le bruit se précisait tout doucement; comme s'il jouait avec eux.
-On devrait aller chercher de l'aide, dit Jordan convaincu qu'il devait à tout prix éviter l'affrontement. Je...J'y vais...
-Non attends, commença Eric, mais déjà Jordan était parti en courant et criait "alerte; danger" à tue-tête à travers les couloirs."
Super; me voilà seul et affaibli de la journée pensa Eric. C'est bien ma veine...Mais derrière lui un bruit de pas se fit entendre. Se pouvait-il que Jordan soit déjà de retour avec les renforts ? Se pouvait-il qu'il se soit ravisé et revienne prêter main forte à Eric ? Pour toute réponse, une voix parla, une voix belle et mélodieuse :
"-Il semblerait que tu aies besoin d'un petit coup de main, Eric."


Voici ma signature


avatar

Cmawesome

Reveur



Si mon post t'est utile, n'oublie pas de me laisser un + et un "merci" :)
Clique sur le bouton ci-dessous pour me connaître
Masculin
Age : 25
Messages : 26
Ven 14 Oct - 15:23
Chapitre 12 : Une nuit pas si inutile

Eric reconnut cette voix immédiatement. Il inclina légèrement la tête en sa direction -juste assez pour ne pas non plus perdre de vue le lieu d'ou provenait le bruit étrange-et découvrit le visage de Kaori. Derrière elle, un petit attroupement de femmes observait la scène en silence. Le bruit repris de plus belle à l'approche de Kaori. Eric lui adressa la parole à ce moment :
"-Quelque chose me dit que tu sais ce dont il s'agit.
-C'est exact; lui répondit Kaori. Presque tout les soirs, après avoir nettoyé la grande salle; nous autres avons pour habitude de sortir prendre l'air. C'est le seul moment ou nous pouvons le faire, ajouta-t-elle avec un brin de déception dans la voix.
-D'accord je vois...mais qu'en est-il en de ce bruit ? Cela pourrait m'être utile de savoir si il y a danger ou non; surtout aujourd'hui en fait.
-Rassures toi; il n'y a rien de dangereux derrière ce bosquet," repris-t-elle en se dirigeant vers un petit buisson tout près sur la gauche. Elle mis le bras juste derrière et dit à voix basse "allé sors de là toi; c'est rien, allé..." et Eric respira un grand coup en découvrant que le bruit provenait en fait d'un jeune cerf. Le cerf n'avait pas encore de longs bois et il semblait intimider devant tant de personne. Comprenant ce qui gênait l'animal; de très nombreuses femmes s'en retournèrent au château pour aller dormir laissant ainsi Eric; Kaori et une autre femme sur place. A partir du moment ou le comité fut restreint, l'animal se laissa plus facilement approché par Kaori. Cette dernière expliqua à Eric :
"- Ce petit cerf était blessé il y a de ça quelques semaines. Nous l'avons trouvé ici même un soir et nous l'avons soigné; depuis, chaque soir il revient par ici et dès qu'il voit de la lumière à l'entrée il fait entendre son brame afin de venir nous remercier de s'être occupé de lui. Nous nous occupons de le nourrir puis il repart dans le bois et nous rentrons dormir.
-Oh, je vois; vous l'avez adopté en quelque sorte, répondit Eric avec un sourire qui lui valu un nouveau tiraillement autour de la bouche. En le voyant grimacer Kaori ajouta :
-Au fait je ne t'ai pas présenté; voici Ruth-Ruth, Eric- dit-elle en désignant les deux individus d'un geste de main.
-Bonsoir Eric, dit-elle en hochant la tête en signe de salut. Autant Kaori était légère et paraissait même tête en l'air que Ruth semblait mathématique, raide et froide.
-Bonsoir Ruth, lui répondit Eric qui essayait toujours de sourire.
-Ruth est très habile en matière de soin. C'est elle qui est en charge de l'infirmerie ici. Puis se tournant vers cette dernière elle ajouta : tu peux l'ausculter un petit peu s'il te plait ? Je ne veux pas qu'il soit blessé; il a eu une journée suffisamment dure comme ça. Ruth s'approcha alors d'Eric qui la laissa faire et suivi les différentes instructions qu'elle lui donnait. Pendant ce temps il dit :
-Je ne savais pas qu'on avait une infirmerie...
-Tu es robuste; Java n'a pas du juger utile de t'en parler je suppose, répondit Ruth.
-J'ai l'impression que beaucoup de choses ici ne sont pas jugées comme utiles...grommela Eric.
-En tout cas tu es en un morceau; rien de casser mais tu as pris de sacrés coups..."
Ils n'eurent pas l'occasion de parler davantage. Provenant de l'entrée du château, Java et une poignée d'hommes arrivaient pour se débarrasser de la fameuse "menace" et du danger qui planait. Jordan était avec eux. Lorsqu'ils arrivèrent sur place Java ignora la présence des deux femmes et s'adressa directement à Eric :
"-Ou sont les ennemis ?
-Il n'y en a pas; fausse alerte...le regard d'Eric se perdit dans les yeux de Jordan qui comprenait à présent son erreur. Java se retourna alors sur place et attrapant Jordan par le col, il le souleva et sa voix lorsqu'il s'adressa à lui ressemblait à un râle:
-Jordan! Es-tu si peureux que ça pour qu'un foute cerf te foute la frousse ? Réponds moi bon sang; ne restes pas là comme une limace!
-Je suis...je suis dé...désolé...Javaaaa... Jordan était en larme; il n'arrivait pas à se contrôler et il tremblait de tout son corps.
-Désoléééé Javaaaaa!" reprit Java moqueur de Jordan, et il le lâcha par terre ou l'autre s'effondra en sanglots. On rentre ajouta-t-il sans un regard vers les autres.
Une fois la troupe partie, Eric aida Jordan à se relever tandis que Ruth et Kaori prirent congé en leur souhaitant une bonne nuit. Kaori ajouta "à demain Eric; ne vas pas à l'entrainement il faudra parler avec Ruth, moi même et peut être un des chefs shaolin à propos de la situation vis à vis de Mousta dans l'après midi".
Le cerf au départ de Kaori s'en alla lui aussi, laissant Eric et le fantôme de Jordan finir leur garde. Ce dernier était inconsolable et pour bien faire Eric lui demanda juste de rester assis et de se calmer ce qu'il fit avec plaisir. le reste de la nuit se passa sans plus d'action et au matin; quand les femmes passèrent dans le couloir et qu'ils virent les autres shaolins qui revenaient de leur nuit ils comprirent que leur périple se terminé. Ils rentrèrent manger un morceau puis chacun s'en retourna à sa chambre afin de s'y reposer. Eric prit le temps de se laver puis il s'allongea dans le confort que lui offrait son lit et une fois en place, ferma les yeux, inspira profondément et fit un voyage vers le pays des rêves.


Voici ma signature


avatar

Cmawesome

Reveur



Si mon post t'est utile, n'oublie pas de me laisser un + et un "merci" :)
Clique sur le bouton ci-dessous pour me connaître
Masculin
Age : 25
Messages : 26
Lun 14 Nov - 11:09
Chapitre 13 : Le changement, c'est maintenant

A son réveil, de nombreuses courbatures se firent ressentir sur le corps d'Eric. Celui-ci se leva; regarda l'heure qu'il était: onze heures trente. Ouf! Pour la première fois depuis son arrivée il allait prendre un repas dans la grande salle à midi un jour d'entrainement. Il se prépara, prenant une nouvelle douche au passage, puis pris la direction de la salle à manger alors que l'heure du repas approchée. Une fois en bas, Eric prit place et observa que lorsqu'il y a moins de monde cette salle sentait la fébrilité. En effet les têtes qui l'entourait n'était autre que celle d'enfant en bas âge, issus pour la plupart de la reproduction entre shaolins et femmes ou encore d'anciens combattants dont l'âge était plus avancé que Mousta et qui se trouvaient dans l'incapacité de se battre. A la table des chefs, avec l'absence de Java, Eric remarqua d'autres sièges vides-la moitié en fait- ce qui levait bien des questions... C'est dans cette ambiance bien terne que le repas, toujours aussi bon qu'à l'accoutumée, prit fin. Eric prit volontairement tout son temps pour sortir de table. Evidemment le chef shaolin le remarqua et demanda à Lorik d'aller le chercher pour l'amener dans son bureau. "N'oublies pas de rester un minimum courtois" lui souffla-t-il en sortant de la salle. Pour Eric la politesse avait toujours eu une importance, mais au vu des coutumes shaolins il ne voyait pas la politesse à tous les étages et cela contrastait fortement avec son éducation. Il commençait même sérieusement à réfléchir à quitter l'ordre pour se diriger vers de nouveaux horizons et cette réunion, d'une façon ou d'une autre, allait être déterminante sur la suite de son cheminement. Le bureau du chef des shaolins était situé au centre de la forteresse; pourtant seul un couloir y conduisait. Ce couloir montait en direction du bureau en formant un escalier. Tout portait à penser qu'il avait été bâtis de façon à repousser un envahisseur depuis le haut des marches pour l'empêcher d'accéder au chef suprême. Arrivés en haut, Lorik frappa à la porte et les deux entrèrent. Le décor de cette pièce était d'un ton légèrement différent des autres lieux du château. Le mur faisant face à la porte était recouvert d'une carte géographique; un planisphère bien qu'Eric ne voyait pas de quoi il s'agissait. Devant ce mur se tenait le chef des shaolin, assis à son bureau. Un bureau plutôt sobre en bois bien travaillé et qui semblait robuste malgré le poids des années sur lequel était entreposé différents objets et entre autre un sabre entreposé dans son étui de couleur argenté. Le manche de l'arme était vert pâle avec une sorte de trait jaune discontinu qui en faisait le tour. Sur la gauche de la pièce se trouvait une cheminée fermée, de décoration en quelque sorte, et sur la droite une fausse fenêtre qui une fois ouverte laisser place à un ventilateur placé sur un trépied. Ce cadre dégagé une drôle d'impression car les éléments ne semblaient pas en accord entre eux mais Eric n'eut pas plus le temps de s'attarder là-dessus puisque le chef des shaolins prit la parole:
"-Bonjour Eric. Bien la situation en résumé c'est que toi et Mousta, vous vous êtes affronté à plusieurs reprises de façon plus ou moins grossière à propos de ton intervention dans les cuisines. Ruth va arriver pour nous donner son avis sur la situation. Je crois savoir que tu l'as rencontré tout récemment, ajouta-t-il avec une pointe d'ironie dans la voix.
-Oui c'est bien le cas, répondit Eric. Elle sait y faire dans l'art de la médecine, c'est une chance de l'avoir ici.
Ils furent interrompus lorsqu'on frappa à la porte. Lorik alla ouvrir la porte et s'effaça pour laisser rentrer Ruth. Derrière elle, Kaori se montra et se décida à faire un pas de plus afin de rentrer dans la pièce. Lorik referma la porte et verrouilla. Il ne fallait pas être dérangé pendant leur entretien. A l'apparition de Kaori, le chef des shaolins apparut surpris :
-Kaori, que fais-tu ici ?
-C'est moi qui lui ai demandé de venir, expliqua Ruth instantanément.
-Vraiment...bien...très bien...
Ruth avait cette faculté d'être très percutante dans sa façon de dire les choses et c'est surement cela qui lui valait d'être présente dans le bureau à ce moment pensa Eric. Elle reprit la parole et au fur et à mesure qu'elle s'exprimait le chef des shaolins sourcilla toujours plus :
-Lorsqu'Eric a débarqué ici il est rapidement apparu comme plein de potentiel et différent de bien d'autres membre de l'ordre shaolin. Il a grimpé dans la hiérarchie des guerriers plus vite que jamais et n'a du attendre qu'hier pour connaitre sa première nuit dehors dans les circonstances dont nous sommes tous au courant. Il a vaincu Mousta qui l'avait défié. A l'heure actuelle si tu avais suivi tes règles Mousta serait mort, conclut-elle en accentuant sur le caractère personnel de la tournure des faits.
A ces mots, le chef des shaolins prit le temps de la réflexion, fixant de ses yeux noirs Ruth qui maintenait le regard. La tension était palpable. Lorsque le chef des shaolins reprit la parole ce fut sur un ton solennel, et il déclara :
-Je sens que la présence de Kaori n'est pas un hasard dans le choix que tu fais Ruth. Il semblerait que celle qui autrefois me soutenait et se faisait mon porte-parole chez les femmes m'ait laissé de coté afin d'impulser un nouveau changement. Alors oui, le changement c'est maintenant, je l'accorde. Eric tu as voulu que les femmes puissent manger au même horaires que les hommes; c'est accordé. Tu as voulu qu'elles aient accès à une formation guerrière; j'y cède également. Elles suivront un entrainement avec Lorik les lundi, mercredi et vendredi. Etes vous tous les quatre satisfaits de ces décisions ?
Devant de telles paroles Eric et les autres n'avaient d'autres choix que de se montrer respectueux envers les chef des shaolins. Ainsi ils approuvèrent d'un signe de tête ferme et distinct.
-Bien, moi Nianzu, chef de l'ordre shaolin, officialise ces nouvelles règles qui seront désormais gravées dans la pierre, annonça-t-il d'une voix grave et claire. Vous pouvez reprendre le cours de votre journée mesdames et messieurs.
Ils ressortirent tous à l'exception de Nianzu; le chef shaolin qui avait enfin dévoilé son nom devant une petite assemblée. En redescendant de ce couloir il apparut que seul Ruth et Lorik connaissait son prénom. Kaori et Eric l'ignorait tout bonnement depuis toujours.
Le reste de la journée, Eric la passa dans sa chambre, allongé sur son lit à ressasser le discours de Nianzu. Il ne comprenait pas ce qui avait changé entre le moment ou Eric lui avait fait ses réclamations et le moment de l'acceptation...Nianzu avait paru céder si vite devant Ruth; une femme... Il manquait un élément à comprendre là-dedans mais pour le moment Eric devait faire profil bas pour ne surtout plus attirer l'attention sur lui, considérant qu'il avait eu ce qu'il voulait à travers ce plus de convivialité et d'équité. Il commençait à se faire tard; Java et la troupe allaient bientôt rentrer. Eric, ne voulant pas louper l'heure du repas attendit leur arrivée près de sa fenêtre qui donnait coté forêt. Quand il les vit s'avancer il ressenti un pincement en son for intérieur, se disant que même si la journée n'avait pas été perdue, il aurait du se trouver avec eux aujourd'hui. En les voyant rentrer Eric prit la direction de la grande salle, curieux de voir les différentes réactions de ses camarades, mais aussi et surtout celles des femmes. En effet selon Kaori une majorité silencieuse était soit disant partisane de l'idée d'Eric; il était temps de vérifier cela. En ouvrant la porte de la grande salle, Eric découvrit donc...qu'il était arrivé dans la salle avant les shaolins; qui eux étaient d'abord partis se laver avant de venir manger. Les femmes pour la plupart étaient assises et certaines assuraient le service. Quelques minutes plus tard les shaolins rentrèrent en nombre dans la salle et découvrirent la présence des femmes; qui les attendaient à table. A leur arrivée elles se levèrent. Les shaolins pour leur part étaient totalement prit de court. C'est alors que la voix de Nianzu se fit entendre depuis la table des chefs:
"-Bonsoir à toutes et à tous, commença-t-il en se levant. Membres éminent de l'ordre shaolins; aujourd'hui marque un tournant dans notre Histoire. Les récents évènements me permette en ce lieu divin de vous informer que désormais nos femmes auront accès à certains avantages comme celui de pouvoir être formé au combat, un jour sur deux pendant la semaine. En outre elles mangeront chaque repas en même temps que nous autres, hommes shaolins. Il se rassit et conclut en disant : bon appétit à chacune et chacun d'entre nous!"
Cette déclaration fut suivi des applaudissements à la table des chefs par Lorik et les autres chefs. Tous sauf Java qui fixait une nouvelle fois Eric d'un air dédaigneux.  Cependant il prit le parti de ne rien dire et se contenta de manger. Dans les travées des nombreuses tables, les réactions étaient mitigées. Certains suivant le mouvement de Java regardaient Eric avec incrédulité et même dégoût pour quelques uns d'entre eux; d'autres semblaient assez surpris car ils n'avaient tout simplement pas l'habitude de pareils changements. Enfin la dernière catégorie de réaction chez les hommes étaient un petit rapprochement timide vers les femmes, afin qu'elles ne se sentent pas trop isolées; après tout, à se retrouver là, autant que cela soit convivial. Les femmes accueillirent ce dernier mouvement avec beaucoup de plaisir, sans s'emballer mais en s'estimant heureuse de pas être laissées de coté. Eric pu observer qu'elles furent nombreuses à arborer un sourire; et au fil du repas ce sourire se généralisa dans ce coin là de la pièce. Coté "réfractaire" on ne disait mot et le repas fut pris dans la hâte. Quand ils eurent fini ils quittèrent la salle en silence; laissant leurs affaires trainer sur les tables. Les premières femmes ayant fini de manger se chargèrent de nettoyer permettant à leur vis-à-vis qui avaient assuré le service de manger à leur tour. Le roulement qu'elles avaient mis en place était efficace et très égalitaire. On sentait qu'elles avaient l'habitude de travailler ensemble pour le confort de la communauté. Lorsqu'il ne resta plus que les hommes ayant accepté gracieusement la nouveauté dans la salle; l'atmosphère respira un air nouveau. Petit à petit la salle se vida; Java sorti en trombe juste devant Eric et lorsque ce dernier le suivi pour prendre la direction de sa chambre, Java se retourna et lui lança : "tu as eu ce que tu voulais une fois de plus. Sois prêt pour la semaine prochaine; l'entrainement va se durcir de façon évidente; on verra s'ils sont toujours aussi content de leur changement" cracha-t-il en lançant son regard le plus noir avant de filer à grandes enjambées vers sa chambre. Devant ce mouvement de haine, Eric ne réagit pas. Il était choqué qu'un changement si peu significatif déclenche pareille réaction. Derrière lui il entendit quelqu'un qui l'interpellait en sortant de la salle:
"-Ah ben génial Eric...c'était Jordan et manifestement il avait parfaitement entendu ce que Java avait annoncé. Déjà que l'entrainement était dur je n'imagine même pas ce qu'on va devoir faire...se plaint-il.
-Ben tu sais, cela nous permettra de nous mettre en condition de guerre... et si ça se trouve, c'est peut être juste ce qu'il a dit parce qu'il est énervé, proposa Eric dans l'espoir de couper la conversation.
-Non il avait l'air sérieux, et il me fait peur en plus, ajouta-il avec ce qui effectivement était un ton apeuré dans la voix. Au moment ou il prononça ces mots des femmes; ou plutôt des jeunes filles sortirent de la salle, et eurent l'air gêné d'entendre cette conversation. Elles se précipitèrent vers les sous-sols, tête vers le sol et regards fuyants. Au vu de cette réaction Jordan devint subitement tout rouge et relança Eric:
-Voilà; maintenant même les femmes vont penser que je suis plus peureux qu'elles...
-Ah parce qu'être une femme est synonyme d'avoir peur jeune homme ? demanda une voix des plus dure. Jordan se retourna et se demanda si sa poisse allait cesser à un moment : Ruth les mains sur les hanches, dans une position qui n'engageait rien de bon pour Jordan, se tenait debout face à eux. Elle reprit :
-Je pense que tu devrais réviser tes jugements. Si tu estimes les choses trop dures alors changes de lieu. Si tu penses mériter ta place; alors fais en sorte de le prouver. Sur ce, bonne nuit messieurs." Et elle aussi tourna les talons pour aller dormir.
Jordan devant une telle femme ne pouvait plus parler. Il semblait pétrifié de s'être fait remballer avec autant de poigne par une femme. Il fini par bouger et Eric et lui prirent la direction de leur chambre respective sans un mot. Sur le trajet Eric se demanda encore comment un tel évènement pouvait-il engendrer de telles réactions : Java, Jordan...qui serait le prochain ? C'est avec ces réflexions en tête qu'il se coucha, se consolant avec la maigre pensée que le lendemain serait un dimanche et que pour cette raison les esprits seraient surement apaisés...Mais une chose demeurait en suspens : qu'est ce qui avait poussé Nianzu à agir de la sorte? Quoiqu'il en soit il fallait se reposer à présent. Le corps d'Eric en avait besoin même s'il sentait moins de douleur que la veille. Il s'endormit une nouvelle fois assez vite malgré tout ceci, tournant ses pensées vers sa maman, qui serait fière de lui si elle savait ce qu'il avait permis en ce lieu.


Voici ma signature


Contenu sponsorisé




Si mon post t'est utile, n'oublie pas de me laisser un + et un "merci" :)
Clique sur le bouton ci-dessous pour me connaître


Voici ma signature



Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum