AccueilS'enregistrerConnexionTutorielsTutoriels DessinTutoriels GraphismeTutoriels MusiqueTutoriels EcritureReviewersEcrireDemanderAiderDiversAnimationsBattlesAnniversairesLes règles


 [Intermédiaire] Des dialogues réalistes et intéressants

avatar

Hiroki

Reveur
http://yumetopia.jeun.fr



Si mon post t'est utile, n'oublie pas de me laisser un + et un "merci" :)
Clique sur le bouton ci-dessous pour me connaître
Masculin
Age : 22
Messages : 7167
Localisation : En train de m'arracher les cheveux sur mon modèle de dessin
Dim 25 Juin - 14:59

Des descriptions dialogues réalistes et intéressants


Niveau du Tutoriel : Intermédiaire
Techniques Utilisees : Réflexion personnelle
Temps Requis : 50 Minutes


Nous revoici pour un autre tutoriel traitant d’un sujet tout aussi important que celui des descriptions, mais demandant cependant un poil moins de travail, à savoir les dialogues ;)
Les dialogues représentent le deuxième point capital d’une fanfiction ou d’une histoire originale : en effet, les dialogues sont la source principale qui va permettre à vos personnages d’interagir, et de réagir face à différentes situations. C’est également le premier lien direct entre le lecteur et le personnage, puisque les répliques sont ce qui définit le caractère affiché par ce dernier.
Nous allons donc aborder ensemble comment réaliser de bons dialogues qui ne donnent pas le sentiment d’être inutiles donc qui contribuent à l’histoire, tout en gardant l’aspect réaliste de la conversation.

I Règles générales du dialogue
Il est bien évidemment nécessaire de ne pas placer des dialogues qui sont inutiles et de les développer de manière réaliste. Ainsi, la première règle d’or concernant un dialogue est de savoir dans quel contexte on le place. On ne fera donc pas crier un personnage dans une bibliothèque, et on n’en fera pas murmurer un autre dans un parc d’attraction. Bien coller au contexte est la règle fondamentale.
Mise à part cette règle, on gardera qu’un dialogue doit forcément apporter une utilité dans l’histoire. Il donne généralement des informations, des clés pour résoudre l’intrigue, mais il sert aussi à définir les affinités entre les personnages, leur donner une singularité, bref, il y assez d’utilités au dialogue pour lui en donner une.
Mais qui dit dialogue utile ne dit pas forcément dialogue trop concis. Vous devez garder une certaine fluidité dans le dialogue pour en faire un réel. Les dialogues expédiés en 3-4 répliques sont souvent les dialogues les plus inintéressants et les plus abrutissants à lire. Je vous donne un exemple de dialogue complètement ridicule dont je suis le malheureux auteur :

Code:
« -Soichiro- Qu..Qu'est-ce qu'il s'est passé !? Professeur Fudo !? Monsieur Goodwin !? Où êtes-vous passés !? Quelle est cette chose !?
-Rudger- Hahahahahaha !!!! Le plan s'est déroulé à merveille ! Quoi.. ? Encore quelqu'un ici !?
-Soichiro- Vous êtes le responsable de tout cela !?
-Rudger- Et si je te disais oui, Soichiro Namatame ?
-Soichiro- … Je ne vous laisserai pas faire le mal ici ! Athéna rejoins nous !
-Athéna- Je te protégerai, Soichiro »

Oui, j’ai pris un dialogue de style théâtral, mais c’est comme ça que j’ai débuté donc faites avec :3 Plus sérieusement, le dialogue est complètement irréaliste et stéréotypé. On se retrouve dans une scène d’animé….Sans animé. Oui parce que des moments comme ça, ça rend bien quand il y a les images, les sons, les effets, mais ici on lit juste un dialogue qui a le même impact qu’un autre exemple que j’invente en trente secondes :

Code:
« -Soichiro- Quand je déjeune le matin, j’aime manger des croissants beurrés avec un bon café bien fort.
-Rudger- Hahaaha !!!! Pauvre fou le chocolat chaud matinal est meilleur
-Soichiro- Le chocolat chaud est plus lourd et provoque des indigestions. Tes intestins assument vraiment ?
-Rudger- Et si je te disais oui, Soichiro Namatame ?
-Soichiro- Dans ce cas il nous faut une personne pour nous départager, Athéna !
-Athéna- Je suis d’accord, le café est plus léger que le chocolat chaud. »

Ok, j’ai poussé loin en prenant un exemple aussi ridicule, mais avouez qu’on a exactement le même ressenti face aux deux dialogues alors que l’un parle d’une catastrophe, l’autre parle de café contre chocolat chaud au réveil. Dans les deux cas le dialogue est barbant et irritant même. Plus tard, j’ai réécrit ce dialogue entre le méchant Rudger et le gentil Soichiro, voyons un peu ce nouveau dialogue.
Code:

« Avant que je ne puisse réfléchir d'avantage, l'homme prit la parole. Je reconnus sa voix et son arrogance dès qu'il ouvrit la bouche…L'intuition du professeur était bien la bonne à suivre….Cet homme…C'était Rudger Goodwin…
-Rudger- Je ne m'attendais pas à ce que tu survives, Soichiro Namatame. Par un heureux hasard, le professeur Fudo n'a pas eu cette chance.
-Soichiro- Pourquoi avez-vous fait ça Goodwin !!!? Pourquoi avez-vous sacrifié tout le monde !!?
-Rudger- N'est-ce pas évident ? L'Ener-D est une puissance formidable, bien trop formidable pour laisser des citoyens s'en servir comme simple source d'électricité ou de gaz. Tu as peut-être l'idéal d'un monde équitable, mais je ne le partage pas, désolé.
-Soichiro- Vous avez fait tout ça pour le pouvoir……. !!!?
-Rudger- Oui. J'ai saboté moi-même l'expérience du début jusqu'à la fin. C'était divertissant de détruire votre projet Yusei du début jusqu'à la fin alors qu'il était si bien ficelé. Hahaha !!!!
Je serrai les poings face à l'homme à la cruauté sans aucune mesure. Ma partenaire Athéna, qui était à côté de moi, était toute aussi outrée par les propos que tenaient l'homme. Nous prîmes notre décision à ce moment elle et moi. Nous allions lui faire payer le mal qu'il avait causé. »
Bien qu’il reste encore des failles dans la mise en scène qui sont surtout dues au fait que c’est un style théâtral qui a été choisi (nous verrons en détails les deux styles plus bas), le dialogue est ici plus réaliste, plus détaillé, et on comprend mieux la situation lorsque l’on le lit. On obtient des informations sur l’antagoniste du dialogue et ses actions, et on s’embarque mieux avec le protagoniste. Vous aurez remarqué que j’ai mis de la description plutôt que les lignes où Soichiro appelle sa partenaire. Si vous pouvez remplacer trois lignes de dialogue par une ligne de description, inutile d’insérer un dialogue. Conseil d’ami :3
Donc pour faire concis, un dialogue avec le sujet traité en brut n’a aucune raison d’être. Quand nous dialoguons dans la vie réelle, nous n’allons jamais droit au but et puis basta. Il existe toujours des écarts dans la conversation, des banalités échangées, des répliques de la vie courante, gardez tout ça en tête lorsque vous écrivez un dialogue. Plausible est le maître mot.


II Le dialogue en théâtral
Comme je l’ai expliqué dans mon précédent tutoriel traitant les différences entre le style théâtral et romancier, le style théâtral est surtout utilisé par les écrivains en herbe qui en sont à leur(s) premier(s) récits. Il est en effet une solution de facilité lorsque l’on attaque un domaine que l’on ne connaît pas, et ne nécessite pas vraiment d’expérience pour être maîtrisé. Sans vouloir ranger ce style dans le style des débutants (Parce qu’il y a des récits en théâtral qui sont très poussés il faut le dire), je dis surtout qu’un débutant trouvera plus gérable ce style, surtout pour les dialogues.
Cependant, l’erreur que font quasiment toutes les personnes ayant commencé par le style théâtral (moi inclus), c’est de croire que le dialogue se suffit à lui-même. Certes, le style théâtral n’est pas voué à être aussi précis qu’un dialogue romancier qui a un support indiscutable par le biais des incises, mais il existe des grosses différences entre un dialogue théâtral structuré, et un dialogue écrit en cinq minutes sans réel fondement, même dans le style théâtral. Illustrons ça par un exemple voulez-vous ;)

Code:
« -Hiroki- Qu’as-tu fait…..Reisuke….?
-Reisuke- Moi? Rien du tout. Hakaze est la responsable de tout cela. Haha.
-Hiroki- NE TE FOUS PAS DE MOI !!! Je sais que tu es celui qui manipule Hakaze ! Toutes ces vies que tu as prises ! Cela ne représente rien pour toi !!?
-Reisuke- Qu’est-ce que cela devrait représenter? Ils ne sont rien de plus que des fous ayant voulu m’arrêter. Mais je suis impossible à stopper désormais. Tu ne peux plus vaincre. J’ai accumulé trop d’énergie pour m’arrêter ici. Je suis invincible !!! Hahahahaha !!!!!!!!
-Hiroki- …..
-Reisuke- Qu’il y a-t-il? Tu as peur ?
-Hiroki- Je me rends compte…Que je n’ai pas fait le bon choix à cette époque. Et que beaucoup de personnes ont payé mon choix. Cette fois, je t’arrêterai vraiment. Petit Frère. »

On peut cataloguer cet exemple dans les défauts cités ci-dessus. Oui, on peut remplacer ça par un dialogue parlant de la confiture ou de n’importe quel sujet vaseux et inintéressant. Outre le fait que depuis, j’ai changé les répliques, voici ce que donne la V2 du même dialogue.

Code:
« -Hiroki- Qu'as-tu fait…Rei-kun… ? Pourquoi as-tu eu besoin de monter toute cette infamie autour de nous… ?
Pour toute réponse, Reisuke se contenta de rire, avant de reprendre avec ironie, se moquant de mon désespoir face à cette situation morbide.

-Reisuke- Je n'ai rien fait, Hakaze a tout entrepris toute seule. C'est paradoxal comment ton meilleur allié peut devenir ton meilleur ennemi le lendemain. N'est-ce pas, Hiroki ?
-Hiroki- Rei…Je sais que tu n'es pas dans ton état normal. Je te connais avec bien plus de valeurs que de répandre le mal pour ton propre plaisir. Tu vas me dire que toutes ces vies que vous avez pris aujourd'hui ne représentent donc rien !?
Haussant les épaules, il reprit sans se sentir concerné.
-Reisuke- Bien sûr que si elles représentent des choses. Il y a toujours des dommages collatéraux liés à la prise de pouvoir. Ils n'ont pas eu de chance voilà tout. Mais au final, le monde se dirige vers quelque chose de meilleur…Vers le désespoir total….Hahaha…
-Hiroki- Tu es complètement fou….
-Reisuke- Peut être bien. Mais nous le sommes tous les deux. Après tout, tu n'as que ce mot à la bouche également. « Espoir » par ci, « Espoir » par là, tu es toujours en train de parler de ça. Moi je ne parle que de désolation. Nous sommes les mêmes au final , Hiroki ~ A l'exception près que moi aujourd'hui…Je suis invincible !
Je m’arrêtai quelques secondes, ruminant ce que Reisuke venait de me dire à l’intérieur de moi. Les sentiments se bousculaient au plus profond de mon être. La colère, l’affection, la rage de vaincre…Tant de vies étaient mises en jeu, l’issue de ce combat impliquait bien plus que le sort de mon petit frère qui se dressait devant moi. Il m’interrompit cependant dans ma réflexion par une vaine provocation.
-Reisuke- Qu'il y a-t-il? Tu as peur ?
-Hiroki- Je me rends compte de certaines choses… J'imagine que parfois, on fait les mauvais choix dans la vie. Enfin, ce n'est plus le moment de reculer. Reisuke, je vais te montrer que mon espoir est beaucoup plus puissant que n'importe quelle source de pouvoir que tu n'auras jamais….Et je vais te ramener à nous une bonne fois pour toutes ! »
Vous voyez que dans le second dialogue que j’ai cité, il y a outre le changement de dialogues comme sur le premier exemple, des courts passages de description au sein même du dialogue. C’est comme ça que l’on va le développer, en insérant des termes de descriptions, d’actions, dans le dialogue lui-même. C’est un peu comme le système des incises, sauf que dans le cas présent, on ne les insère pas directement dans le dialogue, on entoure ce dernier des compléments qui précisent la nature du dialogue.
On peut donc ajouter des compléments d’action ou de description à chaque réplique si ça nous chante, mais nous allons en général nous attarder sur les paroles vraiment marquantes du dialogue. Les révélations, les paroles haineuses, les déclarations d’amour par exemple, pour laisser le rester dans la simplicité du dialogue théâtral.
Par ailleurs, on remarque aussi que je remplace les points de suspension qui représentent l’arrêt de la parole du personnage par une description complète qui définit à quoi il pense à ce moment précis. Cela donne d’une part plus de profondeur à la scène, et ça fait moins « gain de lignes » qu’un retour à la ligne simplement pour trois points ^^

III Le dialogue côté romancier

Le dialogue côté romancier est plus complexe à maîtriser totalement que côté théâtral. Etant donné que les narrateurs ne sont pas indiqués systématiquement, nous allons utiliser la plupart du temps des compléments d’action ou de description comme dans le style théâtral, mais directement dans le dialogue. On appelle cela une incise. Prenons l’exemple d’une incise :

Code:
« - C’est super chouette !!! S’exclama Angela. »

La partie « S’exclama Angela » est une incise. L’incise sert principalement à donner des infos sur l’interlocuteur ou la réplique. Elle peut contenir l’intonation, l’expression du visage, ou même une action faite simultanément ! L’incise rend le dialogue de style romancier beaucoup plus flexible et maniable.
On peut également placer un contexte grâce à une incise. Cela permet d’introduire un dialogue qui ne sortira donc pas de nulle part et qui est donc plus fluide qu’une scène introduite par un dialogue de type théâtral.
Nous pouvons par exemple introduire un personnage qui sort de nulle part en entamer un dialogue avec lui.

Code:
« - Excusez-moi monsieur ! Cria une voix féminine provenant de derrière. »

Ici on introduit trois infos en une seule incise. Le fait que la personne crie, qu’elle est une femme, et qu’elle surgit de derrière. On peut donc introduire une situation dans laquelle une inconnue débarque sans pour autant faire tout un pavé de description avant de passer au dialogue. C’est un gain d’espace et de fluidité qui permettra une lecture plus agréable.
On peut également continuer la phrase en cours après l’incise, ou faire reprendre le personnage. L’incise ne clôt pas la réplique. On peut tout à fait écrire quelque chose de ce genre tout en restant fluide :

Code:
« - Excusez-moi monsieur ! Cria une voix féminine provenant de derrière, me faisant me tourner vers elle. Pouvez-vous me dire si le bus de la ligne 58 est déjà passé ? »

On peut également mettre deux intonations différentes dans une même réplique.

Code:
« QUOOOIIII !? Hurla mon amie, avant de reprendre plus calmement, gênée par tous les regards posés sur elle. Tu es vraiment sûr de ce que tu avances ? »

On peut à l’aide des incises, exprimer des enchaînements beaucoup plus facilement que si l’on doit insérer des lignes de descriptions dans le dialogue même. Reste à savoir ne pas abuser des incises et ne pas faire quelque chose de ce genre :
Code:
« QUOIIIII !? Hurla mon amie avant de se retourner, de regarder si quelqu’un l’avait entendue hurler puis de se retourner de nouveau vers moi en reprenant la parole en se faisant plus petite qu’elle ne l’était alors. »
Les incises sont certes pratiques, mais elles ne doivent pas être présentes au point de remplacer la description. Chacun son taf, les incises apportent un complément au dialogue. Avoir des incises plus longues que le dit dialogue ne fera que rendre votre récit totalement indigeste.

IV Soigner un dialogue et l’adapter à ses personnages (éviter les répétitions, garder le caractère de chaque personnage)
Un point final sur deux petites choses que j’aimerais voir avec vous, il s’agit tout d’abord du soin apporté au dialogue. Cela se basera surtout sur le dialogue romancier qui contient des incises. Vous devrez mettre un point sur deux choses pour que le dialogue soit fluide :

- Evitez les répétitions de verbes de parole/ d’action. Si tout le monde hurle, si tout le monde chuchote, ça va devenir rapidement agaçant. Essayez de varier les verbes de parole et d’action dans un dialogue construit, et si vous n’avez vraiment pas d’autre alternative, il existe un petit groupe de mots magique : « A son tour ». C’est un sort qui n’agit qu’une fois, mais qui est utile parfois :

Code:
« – Je comprends des choses. Me répondit Jordan. Ce sourire chaleureux je l’ai déjà vu quelque part. Dis, Shuuei, toi aussi tu viens du futur n’est-ce pas ?
– Comment ça du futur ? Le questionnai-je en feignant la surprise.
– Il y a quelqu’un en moi dont je n’arrive pas à me souvenir exactement. Je ne connais ni son visage, ni son allure, mais je me rappelle encore de ses paroles et de son sourire. Te voir me sourire avec la même expression m’a rappelé cet homme….Hiroki…Le voyageur du temps….
– Je vois….Soupirai-je. En effet, je viens du futur. Je suis au service de dame Laila dans le futur. Je ne peux te révéler mes motivations, et de toute façon ma présence disparaitra lorsque je repartirai dans mon époque, ne prête donc pas attention à moi tant que je suis ici.
– Je vois…Soupira-t-il à son tour. Il ne me reste plus qu’à me laisser porter par le torrent temporel alors…Merci pour tes paroles, cela m’a fait du bien.

Ici, j’utilise deux fois de suite le soupir, et même deux fois la même expression, mais c’est quelque chose que je fais que lorsque je n’ai pas le choix pour exprimer les sentiments des protagonistes de la scène que je veux retranscrire. Vous ne trouverez ce genre de procédés qu’une fois par dizaine de chapitres, et je trouve que c’est suffisant pour ne pas tomber dans l’overdose de sentiment de facilité.
Donc n’hésitez pas à enrichir votre vocabulaire, murmurer, chuchoter, crier, défier, approuver, rétorquer, hurler, sangloter, bégayer, il existe des tas de manières de parler, il suffit donc de chercher le mot qui correspond à votre interlocuteur.
Dans la même optique, évitez de toujours répéter le nom de vos personnages. « Dit Guillaume, Répondit Jean, dit Guillaume, rétorqua Jean ». On a compris le nom de vos personnages si on suit la fanfiction ou l’histoire, donc utilisez d’autres éléments pour les désigner :
Code:
* Les pronoms peuvent être utilisés. (Dit-il, Dit-elle, Dirent-ils, Dis-tu même.)
* Les caractéristiques physiques ou émotionnelles des personnages si ces caractéristiques diffèrent. (Approuva la blonde, renchérit l’effrontée, reprit la paisible jeune fille)
* Les titres et autres distinctions (Se moqua le professeur, soupira le vieil homme…)
* Des surnoms mélioratifs ou péjoratifs (Reprit mon compagnon, s’offusqua le sale abruti qui me servait de souffre-douleur)
Il y a des tas d’options à creuser selon les relations entre vos personnages, si le personnage X déteste le personnage Y, alors si X parle de quelqu’un en disant « Ce sale hypocrite » par exemple, le lecteur pensera forcément qu’elle parle d’Y. C’est tout un cheminement :3
- Le second point sur lequel je voudrais m’attarder, c’est vos personnages au travers des dialogues. J’ai déjà fait mention de ce point ailleurs, mais s’il vous plaît, faites-en sorte que les dialogues ressemblent à vos personnages. Une racaille ne va pas commencer à parler le langage courant, et encore moins du soutenu, tout comme un homme de bonne famille n’emploiera jamais des termes de banlieue pour s’exprimer. Pour ce point, je vous suggère de vous référer à vos fiches personnages si vous en avez, pour bien connaître le dialecte et les tics de langage de chacun, ça leur permettra de se différencier lors d’un débat groupé et de les rendre uniques. ^^

Voilà, c’est tout pour ce tutoriel qui est au final encore plus long que celui pour les descriptions :3
Je reste à votre disposition pour répondre à vos questions, écouter vos remarques et vos suggestions, et j’espère vraiment que ce tutoriel vous aura été utile et vous aidera à découvrir le monde de l’écriture ou à améliorer l’existant si vous y êtes déjà ;)
A bientôt pour un nouveau tutoriel



Voici ma signature




Spoiler:
 



Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum